top of page

Le tatouage ne provoque pas le cancer ! Un autre recherche mal interpretée pour faire le buzz. La vérité caché du Tatouage en Belgique.

Bonjour,

Je m'appelle Bruno Antonio Menei et je suis le président de l'association Tatouage Belgique. Depuis des années, nous œuvrons pour la reconnaissance professionnelle de notre art. Je souhaite vous faire part de nos préoccupations concernant l'article paru aujourd'hui dans le journal L'Avenir, qui fragilise notre situation déjà précaire, en raison d'un manque de soutien des institutions.


Je vous invite à visionner une vidéo d'un des experts européens en matière de tatouage, le dermatologue Nicolas Kruger. Dans cette vidéo, le Dr Kruger explique la recherche et présente les véritables statistiques, documents à l'appui. Il est crucial de noter que les études mentionnées ne démontrent pas que le tatouage pourrait provoquer le cancer, contrairement à ce qui a été affirmé dans plusieurs articles de presse. Les statistiques indiquent exactementl'opposé. Il n'existe pas de chiffres suffisants pour soutenir cette affirmation!



Il serait plus pertinent d'aborder le fait que le ministère de la Santé ne s'occupe pas des tatoueurs illégaux en Belgique. Facile pour tous les Spf de s'occuper de ceux qui travail légalement pour venir chercher l'argent. Mais si on ne s'occupe pas de ceux qui font du travail illégal ça devient seulement une persécution qui cible les indipendentes en regle et ça rende florissant le marché illégal !


Lors d'une réunion en novembre 2022, l'inspecteur du SPF Santé a expliqué, en présence de la représentante du cabinet de Frank Vandenbroucke, que les contrôles ne sont pas effectués par manque de personnel! Plusieurs personnes étaient présentes à cette réunion et personne n'a contesté cette situation, pourtant problématique.


Vous mentionnez que 500 000 tatouages ont été réalisés en 2017. À ma connaissance, ces chiffres proviennent du SPF Santé. Nous sommes en 2024, et il serait intéressant de connaître les chiffres actuels. Le spf ne sait pas quoi il se passe maintenant, 7 années après, ou vous n'avez pas posé la question ? On est à 3 fois plus probablement et avec une loi du 2005 et des milliers et milliers de abusifs qui tatouent n'importe où et dans des conditions difficiles à imaginer.


Chers journalistes, la situation est sérieuse car personne ne prend en charge efficacement cette question de santé publique. Le problème n'est ni chez les tatoueurs ni dans le matériel utilisé, mais plutôt dans le manque de contrôle des activités illégales. Ces tatoueurs sans hygiène opèrent dans des brocantes, festivals, inaugurations de magasins, discothèques, piscines, coiffeurs, salles de sport – créant ainsi des risques sanitaires que personne ne tente d'endiguer. En plus, la concurrence déloyale des tatoueurs étrangers qui travaillent en noir et aussi sans certification d'hygiène belge ( la plupart en tant que GUEST ) est écrasante!


Notre association regroupe des professionnels et des clients du tatouage. Nous ne sommes pas les institutions chargées de la surveillance sanitaire. Nous croyons fermement que chacun doit jouer son rôle. Cependant, lorsque des défaillances apparaissent, le rôle du journaliste devient crucial. Nous vous demandons de venir nous interroger directement pour comprendre les véritables enjeux et risques auxquels nous faisons face, et pourquoi l'absence de une régulation efficace est préoccupante.

Le gouvernement, suite à la réunion de 2022, nous a informés, il y a un pair de mois, de son incompétence en matière d'infractions à la loi sur le tatouage, et le SPF Santé ne répond plus à nos courriels depuis plus de 4 ans. Nous n'avons jamais fait appel à la police pour remplacer le gouvernement dans ses tâches, mais les incidents augmentent chaque année en raison de l'anarchie actuelle et d'une loi datant de 2005. Notre ASBL refuse de faire semblant que tout vas bien en attendant que "il vas y avoir un mort et seulement après ils vont bouger ". Cette façon de procéder n'es pas digne de notre nation et niveau de respect de la loi et des droits de l'homme, on refuse de mettre en danger des vies sans rien dire et faire.


Chers journalistes, il y a un travail sérieux à réaliser ici. Nous sommes des membres fondateurs du CETA (Council of European Tattoo Associations) et je suis en contact avec tous les présidents d'associations de tatoueurs en Europe, aux États-Unis et en Australie. Nous échangeons avec nos médecins, dermatologues, chercheurs et tous ceux qui partagent notre passion pour le tatouage.

Je vous invite personnellement à me contacter pour clarifier le contenu de votre article, dans l'intérêt d'un journalisme rigoureux et vérifié. Peut-être qu'un de vos journalistes pourra également poser nos questions au ministre de la Santé ou aux responsables du SPF Santé qui ne répondent plus à nos interrogations depuis des années.

Pour devoir de information voilà la réponse des collègues en Allemagne...

Merci pour Votre attention et bonne enquête 😉


Cordialement,

Bruno Antonio Menei

President ASBL Tatouage Belgique



80 vues0 commentaire

Коментарі

Оцінка: 0 з 5 зірок.
Ще немає оцінок

Додайте оцінку
bottom of page