top of page

FR/EN - Les tatoueurs sont trop colorés - article traduit - les couleurs interdit en 2023

Thank to https://www.safethepigments.com/en/ for the article and in particoular to Erich Mähnert and Michael Dirks to help us in Europe.


-----------------------------------------------------

FR


Couleurs interdites : les tatoueurs sont trop colorés

Règlement de l'UE. Les deux tiers de toutes les encres de tatouage pourraient être retirés du marché


Dans deux ans, la fin des tatouages colorés menace. Pour Monika Weber, qui est tatoueuse depuis 24 ans, c'est la folie ultime. Elle dirige le studio Happy Needles à Wiener Wieden et est connue pour ses motifs colorés. Les scènes de contes de fées, les crânes mexicains ou les motifs floraux sont leur passion - et celle de leurs clients.


Deux couleurs particulièrement appréciées pour ces tatouages sont interdites dans l'UE depuis le début de l'année. Il s'agit plus précisément des pigments de couleur Bleu 15 et Vert 7. Ceux-ci sont nécessaires pour mélanger de nombreuses autres couleurs. "60 % des couleurs pourraient ainsi disparaître de la palette", craignait Monika Weber. Les tatoueurs ont une période de transition de deux ans pour se convertir, mais il n'y a toujours pas d'alternative légale sur le marché. Du moins, pas une qui ne s'efface pas.


La raison de l'interdiction est une proposition de l'Union européenne

Agence européenne des produits chimiques (ECHA). Celle-ci a été chargée par la Commission européenne d'examiner les couleurs, car "pratiquement aucune information" sur les encres de tatouage et le maquillage permanent n'était disponible. Résultat : environ 4 000 substances préoccupantes ont été découvertes.


Les pigments Bleu 15 et Vert 7 ont longtemps été interdits d'utilisation dans les colorants capillaires en raison du risque potentiel de cancer de la vessie. Selon le principe "s'ils ne peuvent pas être utilisés sur la peau, ils ne doivent pas être utilisés sur la peau", ils ont maintenant été également interdits pour les tatouages. Selon l'ECHA, des expériences sur les animaux ont également été réalisées. Ils veulent "non pas interdire le tatouage, mais le rendre plus sûr".


Résistance sur place

L'analyse de l'ECHA est controversée sur place : une pétition autrichienne de l'UE contre l'interdiction compte déjà 2 500 partisans. Elle est actuellement l'une des pétitions autrichiennes les plus réussies au Parlement européen. Weber l'a également signée : "Après l'année Corona, c'est le prochain obstacle", dit-elle. Ils craignent qu'après l'interdiction, beaucoup se détournent des studios traditionnels. "Au marché noir, les tatoueurs à domicile recevront de l'encre de Chine", dit-elle.


Une inquiétude que le dermatologue Andras Cseh peut comprendre. En Autriche, il travaille de manière professionnelle, mais il a des patients qui se font faire leurs tatouages en Asie ou en Afrique - les allergies ou les inflammations en sont souvent la cause. La raison : De nombreuses couleurs n'ont guère été étudiées.


Cseh craint également que l'interdiction ne conduise à l'utilisation de nouvelles substances plus dangereuses. "L'objectif doit être que les chimistes et les tatoueurs travaillent ensemble sur des solutions inoffensives au cours des prochaines années", espère le médecin.


La nouvelle disposition sera peut-être annulée d'ici là, du moins si le mandat européen Alexander Bernhuber (Parti populaire européen), qui soutient la pétition, en décide ainsi : L'activité des travailleurs sera mise en danger si la Commission n'indique pas clairement quelles couleurs sont sans danger. "Il demande maintenant une nouvelle évaluation et est optimiste quant au fait que la scène continuera d'être colorée à l'avenir.


Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

EN

Forbidden colors: tattoo artists are too colorful

EU regulation. Two thirds of all tattoo inks could be taken off the market


In two years the end of colorful tattoos threatens. For Monika Weber, who has been a tattoo artist for 24 years, this is ultimate madness. She runs the Happy Needles studio on Wiener Wieden and is known for colorful motifs. Scenes from fairy tales, Mexican skulls or flower motifs are their passion - and that of their customers.


Two colors that are particularly popular with these tattoos have been banned in the EU since the beginning of the year. Specifically, it is about the color pigments Blue 15 and Green 7. These are required when mixing numerous other colors. "60 percent of the colors could disappear from the palette as a result," feared Monika Weber. The tattoo artists have a transition period of two years to convert, but there is still no legal alternative on the market. At least not one that won't fade.


The reason for the ban is a proposal by the European

Chemical Agency (ECHA). This was commissioned by the EU Commission to examine the colors, since "hardly any information" about tattoo inks and permanent make-up was available. The result: around 4,000 substances of concern were discovered.


Pigments Blue 15 and Green 7 have long been banned from use in hair colorants because of the potential risk of bladder cancer. According to the principle "if they are not allowed to be used on the skin, they should not be allowed to be used in the skin", they have now also been banned for tattoos. According to ECHA, animal experiments were also carried out. They want to "not prohibit tattooing but make it safer".


Resistance in the scene

The ECHA's analysis is controversial on the scene: an Austrian EU petition against the ban already has 2,500 supporters. It is currently one of the most successful Austrian petitions in the EU Parliament. Weber has also signed: "After the Corona year this is the next obstacle," she says. They fear that after the ban, many could turn away from traditional studios. "In the black market, home tattooists will get ink from China," she says.


A concern that the dermatologist Andras Cseh can understand. In Austria he works professionally, but he has patients who have their tattoos done in Asia or Africa - allergies or inflammation are often the cause. The reason: Many colors have hardly been investigated.


Cseh also fears that the ban could lead to the use of new substances that are more dangerous. "The goal must be for chemists and tattooists to work together on harmless solutions over the next few years," the doctor hopes.


Perhaps the new provision will be overturned by then - at least if it is up to EU mandate Alexander Bernhuber (EPP), who supports the petition: The business of hardworking people will be endangered without the Commission clearly stating which colors are safe are. "He is now calling for a new assessment and is optimistic that the scene will continue to be a colorful scene in the future.




3 320 vues0 commentaire
bottom of page